Y’A DRAPEAU ET DRAPEAU ….

1 avril 2012

Non classé

             Flotte, petit drapeau -  Image de la France – Symbole d’espérance-  Tu réunis dans ta simplicité- La famille et le sol et la liberté !

                Car un drapeau, c’est d’abord français et bleu, blanc rouge. : Bleu céleste, couleur du jour / Blanc,  franchise et vaillance / Rouge de sang couleur d’amour

                Celui-là, il est conseillé de mourir pour lui, de couleur d’amour le rouge devient sang.. 

Une âcre odeur vous saisit à la gorge /  Vous saoule enfin, vous passe dans la peau

On marche, on court, on écume, on égorge /  On fait des morts… tout ça pour le drapeau 

                ABC du soldat, 19 .. :  Le régiment qui perd son drapeau est déshonoré. L’ennemi le sait qui rend les prisonniers, mais jamais les drapeaux.  (c’est vrai, on devrait faire des lois pour ça ! )

                Déjà en 89, nos sans culottes en bavaient pour le symbole : Des fléaux de la nation / Pour chasser la horde funeste /  il n’a fallu que l’union / Du bleu, du rouge et du céleste……….

                Evidemment comme toujours, certains n’aiment pas :

Sous les drapeaux y a des tombes / Et des noms gravés / En souvenir des hécatombes

Des tas d’fleurs fanées / Sous les drapeaux y a des foules / Qui hurlent à la mort …  (Michèle Bernard)

                Certains n’aiment que le rouge : Noble étendard du prolétaire / des opprimés sois l’éclaireur ….. regardez, il flotte et fièrement il bouge, ses longs plis au combat préparés   / Osez, osez le défier, notre superbe drapeau rouge, rouge du sang de l’ouvrier  (le drapeau rouge)

                D’autres préfèrent le noir avec ce qu’il faut de détachement :

L’homme libre ne doit avoir
Pour penser nul besoin d’emblème! ….

En Anarchie où régnera la Science,
Pour tout drapeau, l’homme aura sa conscience.

                Reste le plus beau de tous les drapeaux du monde,  celui de Jules Jouy, Chansonnier père des hydropathes et familier du chat noir,  fin 19ème :

Bleu, blanc rouge ? Nous nous sommes pour le noble étendard où brillent les nobles couleurs de la merde. Le jaune d’or de la merde des bébés bien portants ;  le vert oseille qui caractérise la merde des enfants malades ; le bitume de la merde des hommes solides au poste ; le brun jaune de la merde des adolescents ; le brun tendre de la merde de ces dames ; le noir de la merde des chiens ; le vert jaune de la merde d’oie  …/…    

Rien que d’y penser, l’eau nous en vient à la bouche.   (Jules  Jouy,  n°1 du « journal des merdeux »)

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

pensionchevauxmontpellierouest |
mesperruchesondulees |
carlalapassiondeschevaux |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | gaytitudes2011
| latruitedelachassoule
| creasouhaits